Les enseignants de la ville de Butembo affiliés au Syndicat des Enseignants au Congo (SYECO) réitèrent leur détermination à poursuivre leur mouvement de grève, déclenché depuis lundi 5 octobre 2021.

Cette option a été levée à l’issue de leur assemblée générale évaluative tenue ce vendredi 8 Octobre 2021 au bureau du SYECO ville de Butembo. Elle est motivée, selon les grévistes par la non satisfaction de leurs revendications.

Réagissant aux menaces du Ministre de l’Enseignement Primaire, Secondaire et Technique (EPST) sur la désactivation des grévistes des listes de paie, le syndicaliste Kyalwahi Kolinzo, fait savoir que ces menaces sont minimisables et sans soubassement légal.

« Nous avons évalué la grève que nous avons amorcée. Nous avons campé sur une même décision de continuer avec la grève, car nos revendications ne sont pas encore répondues. Réclamer ses droits est constitutionnel. Alors, nous voulons que nos agents syndicaux soient libres. Qu’ils se sentent heureux dans leur pays. Nous allons encore nous asseoir le lundi pour évaluer la semaine. Nous allons toujours camper sur notre décision. Que ça soit la désactivation, peut-être on va engager ceux qui vont travailler gratuitement. Nous allons voir », a déclaré le syndicaliste Kyalwahi Kolinzo.

Les grévistes réclament notamment la suppression des zones salariales, la mécanisation des Nouvelles Unités (N.U) et la majoration de leurs salaires.

Dans une correspondance rendue publique mercredi 6 octobre par le secrétariat général de l’ESPT, le Ministre Tony Mwaba a instruit les autorités compétentes de l’enseignement en provinces d’envoyer des équipes de contrôle pour s’imprégner de la présence physique des enseignants dans leurs établissements scolaires et de procéder toutes affaires cessantes à la désactivation des enseignants absents pour les remplacer par les nouvelles unités.

La Rédaction