Résurgence de la maladie à virus Ebola en ville de Beni, la société civile du Nord-Kivu plaide pour une riposte locale et urgente contre cette épidémie.

Se confiant à rtvh.net, Edgard Mateso, premier vice-président des forces vives du Nord-Kivu prévient contre toute sorte d’intox au sujet de cette épidémie, comme il en a été le cas par le passé.

Il encourage les autorités sanitaires du Pays à envisager une riposte urgente, avec une expertise locale dans le cadre de la lutte contre cette nouvelle épidémie.

« Au niveau de la société civile du Nord-Kivu, nous estimons que le Ministère de la santé publique, hygiène et prévention devra urgemment mobiliser les moyens et les ressources nécessaires pour une réponse appropriée. Eviter de considérer les épidémies comme des opportunités de gain facile, recourir essentiellement à l’expertise locale. Mais de l’autre côté, la communauté locale devra s’engager dans la lutte et s’approprier la réponse. S’abstenir des intox, des mauvaises informations et des résistances au sein de la communauté. Pendant ce temps, les équipes de lutte contre les exploitations et abus sexuels doivent s’activer en vue d’éviter les erreurs qu’on a pu constater lors de la dixième épidémie. Notre inquiétude est qu’encore une fois cette épidémie ressurgit lorsque les infirmiers sont en grève. Nous craignons que cela puisse impacter négativement sur la réponse », a fait savoir Edgar Mateso.

Dans sa déclaration sur la résurgence du Virus Ebola dans l’Est de la RDC, le Docteur Mbungani Mbanda Jean-Jacques, Ministre de la santé publique, hygiène et prévention a annoncé qu’un nouveau cas de cette épidémie a été enregistré le 8 octobre 2021 dans la zone de santé de Beni, territoire de Beni, au Nord-Kivu.

Roger Mulyata