Les villages de Ngugo et Nyesisi en groupement Rugari, dans le territoire de Rutshuru, se trouvent sous contrôle des présumés rebelles du Mouvement du 23 Mars (M23), depuis le matin de ce lundi 22 novembre 2021.

La coordination provinciale de la société civile du Nord-Kivu qui confirme l’information, dit craindre la suspension du trafic routier entre Goma et Butembo, sur la Route Nationale N° 2.

D’après Placide Nzilamba, l’un des membres des forces vives du Nord-Kivu, au regard de la situation géographique de Ngugo et Nyesisi, le camp militaire de Rumangabo peut facilement être attaqué par les combattants du 23.

Il appelle les Forces Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) à tout mettre en œuvre pour neutraliser la résurgence de cette rébellion.

« La trajectoire nous fait une crainte énorme. Tout simplement parce qu’ils peuvent même sortir par deux voies. Soit, ils sortent par la paroisse de Rugari pour couper la route Goma-Butembo. C’est la route d’intérêt national très capitale pour l’économie de la province, même pour la survie de nos familles. Ils peuvent sortir aussi par Rumangabo pour, peut-être détruire tout ce qui est comme effort de conservation, l’administration même du Parc National des Virunga et le camp militaire de Rumangabo, puis couper la route en commençant à s’attaquer à la faune et à la flore. C’est pourquoi, nous sommes entrain d’alerter toutes les autorités à partir de Kinshasa parce qu’il s’agit de l’intégrité nationale », alerte-t-il.

L’armée par l’entremise de son service de communication confirme cette attaque rebelle. Lundi 8 novembre dernier, les présumés rebelles du M23 avaient pris momentanément le contrôle des collines de Tchanzu et Runyonyi, toujours en territoire de Rutshuru, avant d’y être chassés par l’armée.

Mumbere Patrick Syaluha