Plusieurs parents d’écoliers et élèves de Butembo redoutent l’effectivité de la rentrée scolaire pour lundi 12 octobre 2020.

Ils étaient moins nombreux, les parents qui étaient visibles samedi dans les points de vente des fournitures scolaires, principalement au marché central de Butembo. En dépit d’une faible clientèle, les vendeurs des objets classiques ont bien étalé leurs marchandises. Ceux qui vendent des cahiers, des stylos, des ardoises et des uniformes affirment que nombreux commerçants hésitent encore de se lancer dans la vente des objets classiques, ce par crainte d’un éventuel report de la rentrée scolaire. Madame Laetitia Kavira, vendeuse des uniformes rencontrée au marché central de Butembo, estime que cette rentrée scolaire est exceptionnelle avec la faible mobilisation des parents. 

«  Les clients viennent vraiment à compte goute. Les années passées, on avait beaucoup de clients et on manquait même le temps de prendre un petit repos. Mais vraiment cette année, ils ont beaucoup tardé. Ils viennent en trois, deux, même un par jour. Vraiment, ça nous étonne beaucoup », s’est-elle lamentée.

Cependant, Katembo Muhubiri, vendeur des cartables remonte le moral des parents. Pour lui, rien ne pourra bloquer la rentrée des classes étant donné que le calendrier scolaire est déjà publié.

«  À cette rentrée scolaire, les clients n’ont pas encore commencé à venir acheter. Nous savons réellement le vrai problème. Pourtant, la rentrée, c’est pour lundi. Nous demandons aux parents de venir acheter les objets classiques pour leurs enfants parce que demain nous ne savons pas ce que les apprenants vont utiliser à l’école, si on ne leurs achète pas les fournitures scolaires », a-t-il encouragé.

Certains parents justifient le retard dans l’achat des kits scolaires pour les enfants, par la crise économique qu’ils traversent, affirmant tout de même qu’ils ont le souci de scolariser leurs enfants.

Rosette Kamukehere