Les avis des acteurs, membres des organisations de défense des droits de l’homme divergent autour du rôle que joue la MONUSCO en République Démocratique Congo.

Pour certains activistes de défense des droits de l’homme, le rôle joué par la MONUSCO n’est pas visible sur le terrain. Tel est le cas de Maître Merveille Sikwaya qui estime que la population du territoire de Beni ne sait pas évaluer l’impact de la mission dite de protection des civils, confiée aux forces onusiennes dans cette partie du Nord-Kivu.

« La MONUSCO devrait protéger les civils qui subissent des menaces et des violences. Mais avec les massacres orchestrés par les rebelles ADF dans le territoire de Beni, le peuple n’a pas enregistré une positivité de la mission onusienne », fustige ce défenseur des droits humains.

Maître Merveille Sikwaya ajoute que la MONUSCO s’est plus démarquée dans la construction des ponts et d’autres actions, ignorant sa principale mission, celle de la protection des civils.

« Faut-il construire un pont à une population qui est en train d’être massacrée ?, Faut-il entretenir des routes par une équipe bien formée pour une personne qui n’existe plus ?,… Il faudrait que la MONUSCO se concentre d’abord sur sa mission prioritaire, avant de d’illustrer dans d’autres actions », conseille-t-il.

Dans le cadre du désenclavement de certaines entités de Beni ville et territoire, pour faciliter l’accessibilité des forces de défense et de sécurité, la Monusco finance plusieurs projets de construction des ponts dans la région. Le dernier projet en date concerne la construction de deux ponts dont les travaux ont été lancés officiellement vendredi 4 Décembre, dans la commune de Ruwenzori, en ville de Beni.

Freddy Kighoma