Certaines institutions d’enseignement supérieur et universitaire de la ville de Butembo, en province du Nord-Kivu, fonctionnent en clandestinité, en violation de la mesure suspendant les activités académiques sur l’ensemble du territoire national.

Le constat a été fait mercredi 27 janvier par les reporters de Rtvh. Des étudiants rencontrés dans la cour de l’une des institutions de l’ESU de la ville de Butembo, ont avoué qu’ils sont en train de solliciter des enseignements au niveau de leurs facultés respectives, pour sauver le calendrier académique 2019-2020. Ils ajoutent qu’il s’agit des cours de rattrapage et des examens de seconde session, qui sont organisés avec l’autorisation de leur comité de gestion.

Rencontré aussi dans la cour de cette institution de l’ESU, un assistant des cours qui a préféré garder l’anonymat, a tenté de démentir les affirmations des étudiants.

« Depuis l’avant Noël, il n’y a pas eu un communiqué ou un appel pour signifier que les activités académiques ont repris. S’il y a la présence des étudiants au site, je pense que ce sont des étudiants curieux qui viennent vérifier sur les valves s’il y a du nouveau en termes d’informations », a-t-il expliqué.

Plus de trois institutions de l’ESU en ville de Butembo organisent des activités académiques en clandestinité, particulièrement dans des facultés ayant moins des candidats et qui connaissent le phénomène, « année a académique élastique ». Conscients du fait que l’organisation clandestine des activités académiques viole la mesure du ministère de l’ESU, ces étudiants plaident pour la reprise officielle des activités académiques et cela dans le respect strict des gestes barrières, contre la propagation de la Covid-19.

Au cours des échanges, mercredi à l’hôtel de ville entre le gouverneur du Nord-Kivu et les délégués de plusieurs couches de la population de Butembo, Pierrot Bongama, président des étudiants de Butembo avait plaidé pour la reprise « sans prétexte » des activités académiques.

Dans une note circulaire publiée depuis mi-janvier 2021, le ministre congolais de l’enseignement supérieur et universitaire a autorisé la reprise des activités académiques dans les provinces non encore touchées par la Covid-19 et dans celles n’ayant plus notifié des nouveaux cas positifs dans les 14 derniers jours.

La Rédaction