Le Fonds Forestier National (FFN) dénonce ce qu’il qualifie de traversée illégale des bois au poste frontalier de Kasindi en territoire de Beni, à la frontière entre la République Démocratique du Congo et la République de l’Ouganda.

À en croire le directeur général du FFN, le trafic frauduleux des bois s’observe de manière inquiétante à la frontière Congolo-ougandaise, dans l’agglomération de Kasindi-Lubirihya, en territoire de Beni, dans la province du Nord Kivu. Honoré Mulumba l’a fait savoir au cours d’une interview qu’il a accordée à la presse, mardi 16 Février en ville de Goma.

« Des gens viennent avec des bois encerclés et scellés qui passent en provenance de l’Ituri, du Haut-Uele, de la Tshopo également. C’est un problème délicat qu’il faut prendre au sérieux. Nous devons le traiter avec beaucoup de profondeur pour que le FFN reste dans ses droits. Que ceux qui vendent, exploitent, exportent, le fassent dans le respect des réglementations de l’État », a indiqué le directeur général de FFN.

Il plaide pour la signature dans l’urgence d’un arrêté interministériel pour mettre fin à la traversée clandestine des bois congolais vers l’Ouganda.

« Il y a un travail à faire au niveau de Kasindi où nous sommes en train de chercher à demander aux ministres de l’environnement, des fiances et du commerce extérieur pour qu’enfin un arrêté interministériel puisse sortir, afin de résoudre ce problème », a recommandé Honoré Mulumba.

Par ailleurs, le directeur général du FFN promet son soutien à la réussite du programme du chef de l’État « Jardin Scolaire pour un milliard d’arbres à l’horizon 2023 », lancé lundi 15 Février dans le territoire de Masisi, au Nord Kivu par le ministre congolais de l’environnement, Claude Nyamugabo.

La Rédaction