Les étudiants de l’Université Officielle de Semuliki (UOS Beni), au nord kivu décident de soutenir la décision du syndicat du personnel scientifique, technique et ouvrier en interdisant à tous les membres du comité de gestion de cette institution publique d’enseignement universitaire d’accéder à leurs bureaux, avant un compromis entre les deux parties.

Les étudiants de l’Université Officielle de Semuliki ont exprimé leur position à l’issue de la réunion tripartite, consacrée à la crise au sein de cette institution, présidée par le maire de Beni, mardi 23 Février 2021. Cette réunion a connu la participation de deux membres du comité de gestion désavoué, le bureau du syndicat du personnel et le comité estudiantin de l’UOS Beni.

Après le syndicat du personnel, c’est le tour du comité estudiantin de l’UOS d’exiger l’audit externe de la gestion de cette université publique avant toute reprise des cours.

Selon le porte-parole des étudiants de l’UOS Beni, à travers cette démarche, les étudiants veulent obtenir du syndicat la suspension de son mouvement de grève, afin de permettre l’effectivité de la reprise des activités académiques.

Déjà l’après midi de ce mardi, des pneus ont été brûlés à l’entrée du bureau administratif de l’UOS. Fabrice Mulwahali, porte-parole des étudiants précise que ce mouvement va se poursuivre jusqu’à ce que les étudiants seront remis dans leur droit.

La colère des étudiants a été provoquée par l’absence d’un compromis entre le comité de gestion de l’UOS et le syndicat du personnel. Ce dernier accuse le Comité de gestion de malversation financière.

Samuel Sirasi