Paralysie des activités socio-économiques, scolaires et académiques en ville de Butembo, dans la province du Nord-Kivu, lundi 5 avril 2021.

Cette situation est consécutive à l’appel de certaines associations de Butembo-Lubero qui ont décrété 10 jours des « actions de grande envergure ». À travers ces actions, elles réclament le retrait de la Monusco de la région du grand nord en particulier et du territoire national de la RDC, en général.

Au centre-ville, boutiques, magasins, pharmacies ont fermé les portes. Le marché central est resté quasi désert. Les marchands et les clients semblent avoir observé l’appel de ces associations. Néanmoins, quelques femmes vendeuse des légumes ont tenté d’étaler leurs marchandes.

Le transport en commun n’a pas tourné comme d’habitude. Les maisons des télécommunications et les banques n’ont pas également ouvert leurs portes.

Les militants de Lucha et d’Anti-Gang devant le bureau de la Monusco/Butembo, lundi 5 avril 2021. Photo de tiers

À la mairie et dans tous les autres services étatiques, les fonctionnaires n’ont pas répondu présents à leurs postes de travail.

Les écoliers et élèves de différentes écoles de Butembo ont été contraints de rester à la maison. Il en est de même des enseignants qui ne se sont pas présentés dans leurs établissements scolaires respectifs. Les activités académiques n’ont pas été épargnées par cette paralysie.

Des policiers et militaires ont été placés dans tous les coins chauds de la ville pour pallier toute éventualité. Dans chaque entrée de l’hôtel de ville et de la base de la Monusco, des dispositifs sécuritaires y ont été placés. L’accès à ces zones est strictement interdit, sauf pour les journalistes, les agents de la mairie et ceux de la Monusco.

A lire aussi

Nord-Kivu : 10 jours d’activisme dans la région de Butembo-Lubero pour réclamer le départ de la Monusco http://rtvh.net/?p=7585

Des jeunes de Furu dans la partie Nord de Butembo ont barricadé le boulevard Joseph Kabila pour empêcher la circulation. La route a été vite dégagée par les éléments des forces de l’ordre et de sécurité.

Ce même lundi, des militants du mouvement citoyen Lutte pour le Changement (Lucha) section de Butembo et ceux du mouvement Anti-Gang ont organisé une marche pacifique pour chuter à la Monusco. Sur place, ils ont remis leur mémorandum au responsable local de la Monusco Butembo, en présence du maire de Butembo. Ils exigent le départ sans condition de la Monusco.

Ces associations accusent la Monusco de léthargie et de complicité dans les massacres des civils dans la région de Beni.

Martin Leku