Un cadre de l’Union pour la Nation Congolaise (UNC) qualifie de politique le procès 100 jours qui, selon lui visait seulement à nuire à la personne de Vital Kamerhe.

Se confiant à rtvh.net, Maitre Jimmy Peruzi, cadre de l’Union pour la Nation Congolaise (UNC), parti politique de Vital Kamerhe, qualifie l’acquittement de son leader politique, de réparation du tort de la justice congolaise. Il fait savoir que cette décision constitue un soulagement pour tous les sympathisants de cette grande figure de la politique congolaise.

« Depuis le début de ce procès, nous avions combattu toutes les rumeurs qui tournaient. Il y avait toute une stratégie de chantage pour faire croire aux gens que VK a été coupable. On a mélangé des choses qui n’avaient rien à voir avec le procès. On a fait croire aux gens que sa femme, sa famille aurait obtenu de l’argent juste parce qu’on était dans un procès où il fallait condamner pour condamner sans preuve », explique-t-il.

Il exprime sa gratitude envers tout le monde qui, de loin ou de prêt s’est impliqué pour que l’innocence de Vital Kamerhe soit démontrée. Ce procès reste et restera politique, avec pour objectif de nuire à la personne de l’ancien Directeur de Cabinet du Chef de l’Etat Félix Tshisekedi, soutient Maitre Jimmy Peruzzi.

Ancien Directeur de Cabinet du Chef de l’Etat Félix Tshisekedi, Vital Kamerhe avait été condamné à 20 ans de prison le 20 juin 2020 pour détournement des deniers publics. Cette peine avait été réduite à 13 ans en appel, le 16 juin 2021. Le 11 avril 2022, la Cour de cassation avait annulé l’arrêt de la Cour d’appel condamnant Kamerhe à 13 ans de prison pour “violation du droit de défense”.

Et c’est finalement le 23 juin que la cour d’appel de Kinshasa Gombe a acquitté définitivement Vital Kamerhe après un feuilleton judiciaire qui a duré plus de deux ans.

Roger Mulyata